mercredi 9 octobre 2013

vendredi 4 octobre 2013

Aileron Rapid'Clip


Corran Addison a provoqué une discussion assez intéressante sur Facebook, au sujet d'une invention de Mr Kumano en 2006, un ami de Larry Allison, présentée par Joe Aaron dans cette agréable vidéo de surf :


Ceci m'a inspiré l'idée suivante que j'ai proposée dans la discussion (traduction en italique dessous) : 

"BTW and about new ideas over old ones (the real innovations are always just that in fact) what do you think about create a little system which could be screwed on the already existing fins, just to let us use it as shown here ? This could be useful for all fin users, you don't think so ?"

"D'ailleurs et à propos des nouvelles idées basées sur les anciennes (en fait les véritables innovations sont toujours exactement cela) que pensez-vous de créer un petit système qui pourrait être vissé sur les ailerons déjà existants, juste pour nous laisser l'utiliser comme montré ici ?
Cela pourrait être utile pour tous les utilisateurs d'ailerons, ne croyez-vous pas ?"

J'explique un peu plus mon idée ici :

Pour faire suite sur cette excellente invention des ailerons à clipser, une idée qui me semble apparaître maintenant comme très utile : pourquoi ne pas étudier une petite pièce à visser sur les ailerons classiques existants, qui permettrait de les clipser de la même manière ?

En pensant bien la conception de cette pièce, elle pourrait être proposée juste en pliage de tôle inox (coût de fabrication réduit) et elle pourrait s'adapter à l'existant sans le remettre en question !

Une plaque inox (effet ressort) pliée avec détrompeur, vissée simplement sur l'aileron à l'emplacement prévu pour la vis d'arrêt actuelle, c'est simple et sans possibilité d'erreur : on visse une fois pour toutes très facilement le dispositif, et c'est tout.

Qui osera développer ce produit ?

mercredi 2 octobre 2013

Velalae : entre caractère latin et rêve polynésien

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com


Hybride conceptuel entre une voile latine et une voile polynésienne, hybride technique entre un cerf-volant et une voile hawaïenne, le rêve de pouvoir faire de la voile facilement avec un gréement léger embarqué et rapidement déployé en pleine mer devient petit à petit, peu à peu, pas à pas... Une réalité !


vendredi 20 septembre 2013

Le quinzième prototype de Velalae : vers une nouvelle génération

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com


La Velalae en forme d'aile de traction était certes performante - très puissante pour une si petite surface - mais pour une remontée au vent efficace il lui aurait fallu une fixation avec un bridage encombrant, et dans l'optique simplicité-rapidité qui me motive je préfère chercher une autre solution.

Comme ce petit film d'environ une minute vous le laisse deviner, des perches télescopiques en composite forment deux espars qui maintiennent une voile hybride suspendue par le vent, inspirée des cerfs-volants et des voiles polynésiennes, conçue dans un esprit moderne pour une pratique facile et performante : 
  • attaque des espars fixée sur le devant du SUP, 
  • pagaie frappée aux espars servant de plan anti-dérive/gouvernail/mature avec retenue de la traction, 
  • le tout symétrique, qui s'inverse d'un geste pour les virements de bords et autres empannages.

La Velalae, essais de prototypes modifiés.

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com

Des spécialistes du marketing de masse m'ont fait remarquer que le nauticaerium n'est pas assez communicant (comprenez : trop long, trop compliqué, trop de choses).
Je m'en excuse auprès des acheteurs éventuels, mais ici je n'ai absolument rien à vendre !
Le nauticaerium est un blog qui expose et explique publiquement mes idées et mes travaux de R&D sur mes inventions.

Ceci étant précisé, au boulot :

Au vu des comportements du 12ème prototype de velalae, retour et légères modifications sur les prototypes #08 en premier puis sur le #07, qui deviennent donc respectivement les 13ème et 14ème prototypes avec leurs références ainsi libellées : #08-13 et #07-14.

C'est pourtant simple, non ?

Moins de 40 secondes de films pour l'Histoire (ce n'est pas tous les jours qu'on invente à la fois un nouveau sport, une nouvelle façon de naviguer, un nouveau type de voile, et conséquemment un nouveau style de vie !) et après on passe vite au prototype suivant - le #15 donc si vous avez suivi, pour les autres ce n'est pas grave, séance de rattrapage dans le prochain billet - qui ouvre une nouvelle voie là où la remontée au vent n'était pas assez performante en raison de l'angle d'attaque, et appelait donc une nouvelle génération d'idées et de prototypage pour la Velalae, qui rappelons-le se veut être une voile compacte, facile et rapide, embarquée sur un SUP ou autre engin nautique à rame, à voile ou à moteur, discrète mais toujours prête à être déployée pour permettre de naviguer à toutes les allures comme les meilleurs voiliers modernes.

(nb: comme j'écoute quand même ce qu'on me dit, j'ai raccourci mes vidéos pour me permettre ce genre de phrase)

lundi 19 août 2013

La Velalae : essais avec les prototypes #11 et #09

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com

Le prototype #11 (comme le #10) ne présente pas de profil de type aéronautique mais a été très utile pour déterminer certains paramètres comme l'angle de pénétration pour la remontée au vent :




Le prototype #09 présente certes encore beaucoup de défauts, mais il a le mérite de rassembler le plus grand nombre de paramètres positifs :


dimanche 28 juillet 2013

lundi 22 juillet 2013

La Velalae à l'attaque... bridée !

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com


Dans le billet précédent je vérifiais que le bord d'attaque ne restait pas auto-sustenté à 45° du fil du vent... 
Dans icelui je montre une solution simple O:-)

Remonter à la voile un vent de seulement 2km/h. 
Si on m'en avait parlé avant ce matin, moi aussi j'aurais pensé que c'était impossible. 
Mais ça c'était avant ce matin :-D

dimanche 21 juillet 2013

Velalae : le prototype 9 tout neuf

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com



Tout beau tout propre comme un sou neuf ce tout dernier prototype de la Velalae, et le voilà déjà qui me démontre in vivo que l'effet Bernoulli et son corollaire l'effet Coanda sont insuffisants pour tenir le bord d'attaque en position à 45° du fil du vent à petite vitesse.

"La présomption est notre maladie naturelle et originelle."
Michel Eyquem de Montaigne, dit Montaigne (celui-là même qui a écrit "Les essais" ;-)

Bref, il y a encore du pain sur la planche. (... à dessin ? à dessein ? ;-) 
À suivre...

samedi 20 juillet 2013

Velalae prototype #07, derniers bords

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com


Quelques images de la dernière balade avec le septième prototype de la Velalae pour très vite enchaîner avec le neuvième (rappel : le huitième avait été invalidé par un tissu trop lourd).


Restez branchés, le billet du prochain prototype #09 arrive très vite, l'essai ayant déjà eu lieu ce matin !

mercredi 10 juillet 2013

La Velalae et ses essais

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com


Œuvrer pour l'humanité dans un labeur altruiste et sans répit n'interdit pas de rire un peu, surtout si c'est pour prendre des distances dans une auto-dérision magnifiquement modeste autant que saine et salvatrice (parce qu'on travaille vraiment beaucoup. Oui, du chapeau aussi, oui.) :-°

jeudi 4 juillet 2013

Velalae : essais divers (et d'été) avec le prototype 07

Restez branchés en vous abonnant par mél ou en visitant régulièrement le pointeur www.velalae.com


Retour au polyamide, et quelques tests avant l'optimisation de l'aérodynamique.

samedi 29 juin 2013

La Velalae, le 8ème prototype

Restez branchés en vous abonnant par mél ou en visitant régulièrement le pointeur www.velalae.com


La même forme que le 7ème prototype de la Velalae, mais en Dacron.

dimanche 23 juin 2013

Velalae : 8 km/h de vent, et ça remonte quand même !

Restez branchés en vous abonnant par mél ou en visitant régulièrement le pointeur www.velalae.com



Un (tout petit) peu plus de vent et nous voilà dans la possibilité de vérifier derechef notre théorie sur la combinaison synergique de principes aéronautiques pour obtenir le maximum de portance, et pouvoir remonter le vent dans les conditions les moins favorables.

Bon, restons calmes et ne nous emballons pas, il s'agit d'une remontée très faible à environ 80° du vent.

Mais notre joie est légitime car tous les navigateurs expérimentés reconnaîtront que remonter au vent par un souffle de seulement 8 km/h, même un (tout petit) peu, représente déjà une belle performance technique !



dimanche 16 juin 2013

La Velalae, le 7ème prototype

(rappel : tous les billets de ce sujet sur le pointeur www.velalae.com)



4 km/h de vent (à peine plus de 2 nœuds) c'est pas beaucoup... 
Mais suffisant pour faire une balade à la voile avec la Velalae ! :-D


Déjà pas mal, mais peut bien mieux faire.

Les bons points : 
  • imperméabilité (cependant encore insuffisante)
  • empannage assez simple
  • émerillon d'amure

Les marges de progression :
  • rigidité du tissu
  • émerillon d'amure
  • bord d'attaque toujours protubérant (turbulences, perte d'énergie)

Le prochain prototype tiendra plus la forme aéronautique du profil dans les vents légers.

Le BA formant toujours une lèvre protubérante malgré les changements de forme du patron du fourreau - et ceci ne nous paraissant pas vraiment évitable vu l'arc généré par la pression de l'air (effet de pression-réaction selon la troisième loi de Newton) - nous sommes en phase de recherche pour un système évitant les turbulences du BA afin d'augmenter l'aspiration de l'extrados (effet "Bernoulli").
Pour comprendre pourquoi nous travaillons sur la combinaison synergique de ces deux effets voyez les explications détaillées en cliquant ici.

Il sera fixé via un émerillon plus léger pour faciliter son retournement automatique lors des empannages et virements de bord.

samedi 8 juin 2013

Velalae : ça fleure bon !

Restez branchés en vous abonnant par mél ou en visitant régulièrement le pointeur www.velalae.com

Il s'agit toujours du sixième prototype, dont le tissu trop fin, trop souple et trop perméable - toujours imbibé d'eau, collant et alourdi - ne permet pas un bon gonflage et la tenue en forme du profil aéronautique...

Cependant, nonobstant ces aléas, on constate que l'engin se montre déjà assez performant pour la balade :-)

mardi 4 juin 2013

Sans Éole, c'est pétole et on rigole !

Toutes les actualités de la Velalae sur le pointeur : www.velalae.com


Fi des essais à sec, cette fois c'est sur l'eau que nous fûmes à sec... d'air !


Las, c'est encore ici que le tissu utilisé se révéla par trop hydrophile pour être agréable, surtout avec l'outrecuidance de s'être montré ainsi mouillé sans pastis ni glaçons.

Mais sinon ça avance, ça avance.

mardi 28 mai 2013

Velalae : le numéro 6 est libéré !(*)

(*) allusion à peine voilée(**) à une série télévisée culte(***).
(**) avec du polyamide 36g pour être plus précis.
(***) "Le Prisonnier".

Pour suivre toutes les évolutions de ce projet utilisez le pointeur : www.velalae.com


Beaucoup de progrès avec ce prototype, la forme globale convient, même si elle est bien sûr perfectible, et même si le tissu technique utilisé est finalement trop fin et trop perméable.

Le fourreau est aussi à revoir : placé devant le bord d'attaque il crée des turbulences et affecte les performances du profil aérodynamique.
Par contre son système d'attache-fermeture arrive à maturité : simple et efficace !

Le prochain prototype :
  • aura un fourreau plus neutre, incorporé au BA
  • sera réalisé dans un tissus polyester plus épais et plus rigide, anti-UV et marin
  • portera un numéro hautement symbolique (le 7) 
  • sera probablement le premier en taille réelle à être testé en traction vélique :-)

mardi 12 mars 2013

Velalae : le 5ème prototype...

( Actualités de la Velalae sur le pointeur : www.velalae.com )


Commençons par les bonnes nouvelles :
  • le jonc souple est suffisant, ce qui augure d'un côté pratique
  • la taille de 3m² semble suffire pour la traction d'un homme
  • le système de réglage des lignes sur les oreilles fonctionne
    (il est inutile, mais il fonctionne !)
Et terminons par les super-bonnes nouvelles(*) : 
  • on sait maintenant que le jonc en bord d'attaque crée une lèvre qui contrarie l'écoulement
  • on observe que les poignées-oreilles ajustables étaient une fausse bonne idée
  • on apprend qu'il conviendra de changer de technique de réalisation
  • on vérifie que ce profil d'essai est trop creusé
(*) Ce prototype prouve l'existence de la possibilité d'une grande marge de progression ! O:-)

Un vidéo du comportement de ce 5ème prototype de Velalae : 

samedi 2 mars 2013

La Godyoto : godiller vraiment !

Parlant de l'aventure du ScullMatix avec enthousiasme, j'avais oublié de vous dire que vous pouvez vous fabriquer votre propre Godyoto très simplement avec un aviron, un manche, une entretoise de bois et une belle surliure.

On m'a demandé quelles seraient les proportions optimales, les mesures magiques, les cotes à ne pas oublier...

Soyons pratiques :
  • un aviron du bateau concerné, 
  • un manche de pelle en bois d'arbre, 
  • une entretoise d'environ 2 cm 
  • le lacet qui va bien pour la surliure...
et c'est tout !

Après, une fois la chose comprise et ressentie, l'optimisation suivant le canot sera simple et ira d'elle-même, essayez et vous verrez !

Pour l'exemple, voici un modèle vite-fait qui fonctionne très bien.
À n'en pas douter vous serez capables de faire plus joli ! :


Pour ceux qui voudraient plus de précision sur les mesures à appliquer, voire même les angles à considérer...

Il faut comprendre que le plus important n'est ni l'angle ni la taille exacte de la poignée, mais la longueur du levier entre poignée et pale.
Ça dépend donc de la longueur des éléments relatifs, de la taille du godilleur, de sa position dans le canot... Et parfois même de son âge ! ;-)

Bref pour faire simple et rapide, on peut considérer qu'il faut un écart entre le centre de la poignée et l'axe de la pale égal en centimètres à la longueur du bateau en mètres.
Par exemple pour un bateau d'environ 4 à 5 mètres, il sera bon d'avoir une poignée de Yuloh (le nom de la godille asiatique) ou de Godyoto (mon invention dérivée du même principe) décalée de 4 à 5 centimètres de l'axe de la pale.

Pour le Yuloh la longueur du manche de poignée dépendra évidemment de la taille du bateau et du godilleur pour une prise en main confortable. L'angle du manche s'ajustera donc en conséquence (on considère habituellement un angle de 10° à 12°).
Pour la Godyoto la longueur exacte du manche est moins importante étant donné que le manche de poignée est parallèle à l'axe de la pale : le godilleur saisira le manche instinctivement à l'endroit le plus confortable suivant la configuration de l'ensemble sans autre complication.

mardi 19 février 2013

Velalae : le 4ème prototype, c'est juste avant le 5ème !

(rappel : pointeur sur toutes les informations -> velalae.com)

Un étape qui permet toujours d'avancer malgré quelques petits soucis :

Ne cherchez pas le 3ème prototype dans les articles de ce blog, il est reparti à l'atelier aussitôt arrivé. Mais sa re-fabrication ne nous a pas épargné toutes les malfaçons pour autant...

Suite à un hiatus de conversion, la réalisation du fichier DXF de découpe de ce 4ème prototype a provoqué une augmentation de sa taille de l'ordre de 10%, modifiant d'autant le profil aéronautique du système.
Ce même défaut se retrouvera aussi hélas sur le prototype suivant (le n°5 donc).
Je travaille sur une solution logicielle qui me permette de réaliser entièrement, très souplement et en toute autonomie les futurs fichiers de découpe à partir du prototype #06.

Comme vous pourrez le voir sur la vidéo, ce #04 présente un autre gros défaut : le fourreau n'est pas dans l'alignement du bord d'attaque, ce qui crée une sorte de volet inversé et provoque la fermeture suivant les turbulences et les prises d'incidence de la Velalae.

Ces aléas sont cependant le lot de toute R&D, et pour retenir les côtés positifs on peut voir dans cet essai (toujours à sec) que :

  • le déploiement et le repliage sont effectivement très rapides
  • le gonflement est instantané
  • la Velalae ne demande qu'à remonter au vent (elle est naturellement ardente)



lundi 4 février 2013

Brevets, modèles déposés, et cætera...


L'ami bienveillant et inquiet de mes intérêts me pose souvent cette question de bonne foi, quand il réalise le potentiel commercial d'une de mes idées :
"Tu as déposé le brevet ?"
Question à laquelle je réponds systématiquement :
"Ne t'inquiète pas, tous mes travaux sont protégés."
Réponse qui a l'avantage d'être vraie et d'éviter à l'ami en question de subir une trèèèès looooongue explication sur l'état de l'art en matière de protection juridique en propriété intellectuelle et autre propriété industrielle.
Parce que si je dis que je n'ai déposé aucun brevet, s'en suit l'effarement de mon interlocuteur surpris de me surprendre, dans ce qu'il croit être un flagrant-délit d'inconscience. Et je me trouve par conséquent obligé d'expliquer pourquoi et comment je suis loin d'être le fou immature qu'il s'est immédiatement imaginé que je pouvais être.
Donc vous conviendrez que la réponse sus-citée est plus simple et plus courte. :-)
Mais devant les questions de plus en plus nombreuses - parfois teintées d’espionnage industriel il faut bien l'avouer - et les recherches de certains qui ne trouvent pas mes brevets dans les bases de données ad hoc je sens le moment venu pour une petite explication plus pointue de ma politique de protection industrielle.
Brevets :
Il vous faut savoir et comprendre que lors du dépôt de brevet par qui que ce soit, quelle que société que ce soit, et où que ce soit dans le monde, le nom de l'inventeur en personne doit toujours être stipulé par le déposant, qu'il soit lui-même l'inventeur ou pas.
Donc dans le cas où ce "détail" serait oublié par un déposant autre que l'inventeur lui-même, l'inventeur peut très simplement faire invalider le brevet déposé dans la mesure où il peut prouver une antériorité. Aucun déposant, même et surtout le plus indélicat, n'a évidemment intérêt à cela.
Si par contre le dépôt a été fait dans les règles, l'inventeur peut prétendre de fait à des royalties dans la mesure où ses droits d'auteur protègent ses intérêts en tant que créateur.
En outre, on ne peut déposer un brevet que si l'objet du dépôt n'a jamais été rendu public préalablement.
On comprend donc aisément que mes publications sur ce blog constituent la meilleure protection qui puisse être pour mes inventions, et ceci en France comme à l'international.
Marques :
Les néologismes, noms, et autres vocables originaux de ce blog et/ou déposés en noms de domaines sur internet sont ainsi réservés et préservés de leur dépôts par des tiers mal intentionnés ou mal informés.
Donc, si un gentilhomme souhaite exploiter mes fulgurances vocabulatoires autant géniales que rigolotes, il devra passer par une prise de contact avec moi, sinon gare à la loi de son pays ! ;-)
Modèles déposés :
Tout modèle, dessin, plan et autre représentation graphique publié sur ce blog est également réservé et préservé de tout dépôt ou utilisation abusive par un tiers du fait même de sa seule publication.

J'ai choisi de publier mes travaux sur ce blog pour plusieurs raisons simples :
  • laisser libre et renseigner quiconque voudrait utiliser mes informations pour ses propres besoins personnels,
  • permettre à tout le monde de partager ce qui lui semble intéressant,
  • permettre à tout le monde d'utiliser les termes et noms inventés dans leur langage courant,
  • permettre à tout le monde d'étudier mes travaux pour leur valeur informative,
  • prouver une antériorité de mes recherches et inventions par leur publication datée,
  • permettre à tout professionnel de négocier avec moi un développement commercial,
  • lutter contre toute exploitation indue et toute appropriation empêchant l'exploitation publique.


Pour résumer :
vous avez le droit d'utiliser tout le matériel inventé par mes soins que vous trouverez sur ce blog - ou dans une de mes autres publications - sans jamais rien me devoir ni devoir à qui que ce soit, dans la mesure où vous ne gagnez pas d'argent et/ou vous n'en retirez aucune sorte d'intérêt commercial.
Dans tous les autres cas rien n'est interdit non plus ;-) : contactez-moi pour que nous puissions envisager une solution ensemble.