Affichage des articles dont le libellé est gréement. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est gréement. Afficher tous les articles

mercredi 23 septembre 2015

Réfection du gréement en autonomie


12 minutes de vidéo (que vous pouvez survoler très rapidement en passant la souris sur sa barre de défilement et en cliquant à l'endroit que vous voulez visualiser) pour montrer un résumé d'une journée entière consacrée à la réfection du gréement dormant et du gréement courant du nouvel outil du nauticaerium, avec démâtage et remâtage seul et sans grue, avec un système embarqué léger.

D'abord un grand remerciement à Monsieur Henri Dreyssé pour m'avoir largement inspiré et permis grâce à ses essais et vidéos de concevoir et réaliser ce système de démâtage/remâtage en autonomie complète.
Si vous cherchez à comprendre le sujet, son article de blog est un modèle de clarté.

Mon système reprend les même principes.
Il diffère seulement sur les moyens employés : j'ai gardé dans ma ligne de mire la simplicité, la légèreté et la polyvalence des réglages pour pouvoir m'adapter in vivo veritas et pallier à mon manque d'expérience au fur et à mesure de la rencontre des problèmes...
C'est notamment pour ces raisons que tous les nœuds que j'ai utilisés pour le haubanage provisoire textile sont des "Nœuds de Bosse de Guy" qui permettent de régler finement sur place l'emplacement des charnières et autres tensions des cordages.

Il est à noter que, si ce système a très bien fonctionné tant pour le démâtage que pour le remâtage, ce dernier m'a demandé plus d'efforts directs car il n'y a aucun winch sur ce petit bateau pour aider à remonter son mât de plus de 7 mètres, avec donc un levier non négligeable.
De plus le temps de préparation et de réglage étant relativement important, je réserverai ce système performant mais finalement complexe aux dépannages et préférerai désormais utiliser la grue de l'aire de carénage pour démâter.

En ce qui concerne le gréement dormant :
Les ridoirs inox étant tous soudés par la corrosion, j'ai opté pour couper les bas des haubans, bas-haubans et du pataras au niveau des tiges filetées serties pour les remplacer par des boucles avec cosses-cœur inox et des manchons sertis en cuivre galvanisé. La perte de longueur de câble étant rattrapée par des cadènes pliées.
Le sertissage s'est fait avec une pince à sertir hydraulique manuelle de 16 tonnes de pression.
Les proportions de temps de la vidéo retracent bien la difficulté rencontrée, surtout pour une première fois : si la pince était largement assez puissante, le jeu des matrices et la raideur des câbles à passer autour des cosses ont compliqué la tâche. L'utilisation d'une pince-étau à sertir n'a pas aidé, la pince hydraulique se révélant au final plus pratique et plus fiable malgré les soucis cosmétiques.

Le gréement courant a été remplacé par de la drisse de 8 mm en double tresse polyester pré-étirée de couleur beige uni prévue pour les gréements traditionnels.
La vidéo montre une drisse bicolore rouge et blanche utilisée pour tester les passages.



jeudi 28 mai 2015

La Velanavis, travail du troisième prototype...

Toutes les nouvelles sur le pointeur www.velanavis.com

Le gréement complet, avec tout le matériel nécessaire "et au delà !".

Notre métier n'est pas facile tous les jours : il faut faire attention aux galets !

La vidéo des derniers rebondissements :

lundi 12 mai 2014

La Velalae, l'évolution

Pour voir toutes les publications de la Velalae, cliquez sur le pointeur : www.velalae.com


Dans la lignée pratique comme poétique d'un gréement que l'on lance et qui s'élance, et après mes différents et nombreux essais de prototypes divers, une idée vient, qui fait son chemin contre vents et marées.

Et si un cerf-volant tendait en été un étai pour y porter une voile d'avant au vent ?

Tout ce qui suit devient ensuite évident : une écoute pour régler la voile, qui sera ramenée par une poulie pour les essais en SUP à l'olive de la "pagaie-gouvernail-dérive", un allongement important de la voile pour développer une force vélique (une "portance horizontale") suffisante pour remonter au vent...

Bref, je vous laisse : j'ai un modèle de cerf-volant monofil puissant en traction ascendante et léger en traînée à réaliser !

mercredi 9 octobre 2013

mercredi 2 octobre 2013

Velalae : entre caractère latin et rêve polynésien

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com


Hybride conceptuel entre une voile latine et une voile polynésienne, hybride technique entre un cerf-volant et une voile hawaïenne, le rêve de pouvoir faire de la voile facilement avec un gréement léger embarqué et rapidement déployé en pleine mer devient petit à petit, peu à peu, pas à pas... Une réalité !


vendredi 20 septembre 2013

Le quinzième prototype de Velalae : vers une nouvelle génération

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com


La Velalae en forme d'aile de traction était certes performante - très puissante pour une si petite surface - mais pour une remontée au vent efficace il lui aurait fallu une fixation avec un bridage encombrant, et dans l'optique simplicité-rapidité qui me motive je préfère chercher une autre solution.

Comme ce petit film d'environ une minute vous le laisse deviner, des perches télescopiques en composite forment deux espars qui maintiennent une voile hybride suspendue par le vent, inspirée des cerfs-volants et des voiles polynésiennes, conçue dans un esprit moderne pour une pratique facile et performante : 
  • attaque des espars fixée sur le devant du SUP, 
  • pagaie frappée aux espars servant de plan anti-dérive/gouvernail/mature avec retenue de la traction, 
  • le tout symétrique, qui s'inverse d'un geste pour les virements de bords et autres empannages.

La Velalae, essais de prototypes modifiés.

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com

Des spécialistes du marketing de masse m'ont fait remarquer que le nauticaerium n'est pas assez communicant (comprenez : trop long, trop compliqué, trop de choses).
Je m'en excuse auprès des acheteurs éventuels, mais ici je n'ai absolument rien à vendre !
Le nauticaerium est un blog qui expose et explique publiquement mes idées et mes travaux de R&D sur mes inventions.

Ceci étant précisé, au boulot :

Au vu des comportements du 12ème prototype de velalae, retour et légères modifications sur les prototypes #08 en premier puis sur le #07, qui deviennent donc respectivement les 13ème et 14ème prototypes avec leurs références ainsi libellées : #08-13 et #07-14.

C'est pourtant simple, non ?

Moins de 40 secondes de films pour l'Histoire (ce n'est pas tous les jours qu'on invente à la fois un nouveau sport, une nouvelle façon de naviguer, un nouveau type de voile, et conséquemment un nouveau style de vie !) et après on passe vite au prototype suivant - le #15 donc si vous avez suivi, pour les autres ce n'est pas grave, séance de rattrapage dans le prochain billet - qui ouvre une nouvelle voie là où la remontée au vent n'était pas assez performante en raison de l'angle d'attaque, et appelait donc une nouvelle génération d'idées et de prototypage pour la Velalae, qui rappelons-le se veut être une voile compacte, facile et rapide, embarquée sur un SUP ou autre engin nautique à rame, à voile ou à moteur, discrète mais toujours prête à être déployée pour permettre de naviguer à toutes les allures comme les meilleurs voiliers modernes.

(nb: comme j'écoute quand même ce qu'on me dit, j'ai raccourci mes vidéos pour me permettre ce genre de phrase)

lundi 19 août 2013

La Velalae : essais avec les prototypes #11 et #09

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com

Le prototype #11 (comme le #10) ne présente pas de profil de type aéronautique mais a été très utile pour déterminer certains paramètres comme l'angle de pénétration pour la remontée au vent :




Le prototype #09 présente certes encore beaucoup de défauts, mais il a le mérite de rassembler le plus grand nombre de paramètres positifs :


dimanche 28 juillet 2013

jeudi 4 juillet 2013

Velalae : essais divers (et d'été) avec le prototype 07

Restez branchés en vous abonnant par mél ou en visitant régulièrement le pointeur www.velalae.com


Retour au polyamide, et quelques tests avant l'optimisation de l'aérodynamique.

dimanche 16 juin 2013

La Velalae, le 7ème prototype

(rappel : tous les billets de ce sujet sur le pointeur www.velalae.com)



4 km/h de vent (à peine plus de 2 nœuds) c'est pas beaucoup... 
Mais suffisant pour faire une balade à la voile avec la Velalae ! :-D


Déjà pas mal, mais peut bien mieux faire.

Les bons points : 
  • imperméabilité (cependant encore insuffisante)
  • empannage assez simple
  • émerillon d'amure

Les marges de progression :
  • rigidité du tissu
  • émerillon d'amure
  • bord d'attaque toujours protubérant (turbulences, perte d'énergie)

Le prochain prototype tiendra plus la forme aéronautique du profil dans les vents légers.

Le BA formant toujours une lèvre protubérante malgré les changements de forme du patron du fourreau - et ceci ne nous paraissant pas vraiment évitable vu l'arc généré par la pression de l'air (effet de pression-réaction selon la troisième loi de Newton) - nous sommes en phase de recherche pour un système évitant les turbulences du BA afin d'augmenter l'aspiration de l'extrados (effet "Bernoulli").
Pour comprendre pourquoi nous travaillons sur la combinaison synergique de ces deux effets voyez les explications détaillées en cliquant ici.

Il sera fixé via un émerillon plus léger pour faciliter son retournement automatique lors des empannages et virements de bord.

samedi 8 juin 2013

Velalae : ça fleure bon !

Restez branchés en vous abonnant par mél ou en visitant régulièrement le pointeur www.velalae.com

Il s'agit toujours du sixième prototype, dont le tissu trop fin, trop souple et trop perméable - toujours imbibé d'eau, collant et alourdi - ne permet pas un bon gonflage et la tenue en forme du profil aéronautique...

Cependant, nonobstant ces aléas, on constate que l'engin se montre déjà assez performant pour la balade :-)

mardi 4 juin 2013

Sans Éole, c'est pétole et on rigole !

Toutes les actualités de la Velalae sur le pointeur : www.velalae.com


Fi des essais à sec, cette fois c'est sur l'eau que nous fûmes à sec... d'air !


Las, c'est encore ici que le tissu utilisé se révéla par trop hydrophile pour être agréable, surtout avec l'outrecuidance de s'être montré ainsi mouillé sans pastis ni glaçons.

Mais sinon ça avance, ça avance.

mardi 28 mai 2013

Velalae : le numéro 6 est libéré !(*)

(*) allusion à peine voilée(**) à une série télévisée culte(***).
(**) avec du polyamide 36g pour être plus précis.
(***) "Le Prisonnier".

Pour suivre toutes les évolutions de ce projet utilisez le pointeur : www.velalae.com


Beaucoup de progrès avec ce prototype, la forme globale convient, même si elle est bien sûr perfectible, et même si le tissu technique utilisé est finalement trop fin et trop perméable.

Le fourreau est aussi à revoir : placé devant le bord d'attaque il crée des turbulences et affecte les performances du profil aérodynamique.
Par contre son système d'attache-fermeture arrive à maturité : simple et efficace !

Le prochain prototype :
  • aura un fourreau plus neutre, incorporé au BA
  • sera réalisé dans un tissus polyester plus épais et plus rigide, anti-UV et marin
  • portera un numéro hautement symbolique (le 7) 
  • sera probablement le premier en taille réelle à être testé en traction vélique :-)

mardi 20 novembre 2012

La Velalae remonte le vent

(Rappel : toutes les news sur ce concept à l'adresse www.velalae.com)

Très content de voir ma théorie concernant la possibilité de remonter au vent avec seulement un aileron et une pagaie comme plans antidérive/gouvernail enfin prouvée ! 

Toujours le premier prototype d'environ 1m², toujours un tout petit vent (cette fois ~10 km/h), et avec une planche plate de SUP de 11'6'' sans dérive.

Malgré cette très petite taille pour cette voile de test de la Velalae on peut remonter au vent, naviguer au prés, aller contre le vent, aller au vent, to go windward, to go upwind... 

Bref, c'est fantastiquement prometteur !

samedi 17 novembre 2012

La Velalae

Du latin veli (voile) & alae (aile)

Vous pourrez suivre les évolutions de ce concept sur le pointeur www.velalae.com.

Rappelons que mes recherches sur le SUPsailing (www.supsailing.info) tendent à trouver un moyen simple et rapide pour pratiquer la navigation sur une planche par tous les temps : de la pétole en Stand Up Paddle (à la pagaie) jusqu'à des vents de véliplanchistes (à la voile) sans revenir au camp de base pour changer d'équipement.

Après des mâts qui se montent et se démontent facilement sur le flotteur, des voiles qui utilisent la pagaie comme espar et d'autres idées comme l'utilisation d'une aile à caissons, voici le premier (très petit) prototype de Velalae : une aile en arche (comme un kitesurf) montée sur un jonc de fibre.

L'aile est fixée d'un côté à l'avant du flotteur (ce qui correspondrait au point d'amure pour un foc) et de l'autre à l'olive de la pagaie (comme des points de drisse et d'écoute confondus).
La pagaie sert à la fois de mât, de réglage d'écoute, de dérive, et de gouvernail.

La vidéo ci-dessous montre le principe et le fonctionnement.

Ne vous attendez pas à voir des sauts de plus de 10 mètres ni d'autres figures de style : là je n'avais pas le temps ;-)
Et avec un vent force 1 sur une voile de 1m², même si elle est très bien profilée aérodynamiquement, il convient de se réjouir que les conditions permettent uniquement, disons, une mise en place paisible. O:-)

Ceci étant dit, vous verrez que malgré la petite taille de ce premier prototype et ce vent faible le système permet d'avancer suffisamment vite pour diriger l'engin, ce qui augure de très bonnes performances avec une taille de voile adaptée.


Le prochain prototype offrira 3 m² de surface vélique pour un bord d'attaque de 4 mètres de long, soit presque le double d'envergure pour plus du double de surface.

L'image montre le design de la future Velalae #02 :


Ce concept est testé sur des SUP, mais que je vois toutes les raisons possibles pour qu'il puisse être adapté aux bateaux : réduction de la hauteur des mâts et de la gite, simplification du gréement et de la voilure, sécurité grâce à l'incidence automatique du système vélique, etc.
À suivre...

nota bene :
remerciements chaleureux à 
David Aberdeen, développeur de l'excellent logiciel SurfPlan sans qui ce concept n'aurait pas pu voir le jour !

vendredi 4 mai 2012

Et les ailes ailées zélées ?

Toujours pour suivre et poursuivre les travaux sur les possibilités d'embarquement de gréement léger, voici quelques essais de pilotage et de comportement d'une aile marine, d'une aile à caissons, et d'une aile mono-peau sans les lignes et avec une pagaie en guise de barre de pilotage type "2 lignes".