samedi 27 juin 2015

Gliderair : augmentation de la glisse, plan antidérive, limitation de l'effet de row, amélioration de l'ergonomie, et au-delà !


Ce billet pour vous informer de mes dernières idées en cours de réalisation : comme vous le savez si vous avez suivi les travaux du nauticaerium depuis le début, mes discussions sur les différents forums et autres moyens de communication d'une modernité à faire pâlir les astronautes qui ont marché sur la Lune il y a déjà de cela bien longtemps,
je pense que le fait de tapisser une carène de bulles d'air permet d'en réduire la surface mouillée sans réduire sa flottabilité, et conséquemment d'en augmenter la glisse.

Un autre effet positif de cette idée, c'est la création de quantités de "mini-vortex" qui faciliteront l'évacuation et la dissipation des vortex parasites de la traînée du sillage.

D'autre part mes travaux sur la Velanavis et la Velalae montrent qu'un plan antidérive sur l'avant de l'engin peut augmenter le pouvoir antidérive de la combinaison de la pagaie et de l'aileron arrière pendant la navigation à voile, et par la même occasion permettre de limiter sensiblement l'effet de row pendant la rame (petit rappel : l'effet de row, c'est la dérive de l'avant dans la direction opposée du coup de pagaie) si tant est que ce plan antidérive supplémentaire n'augmente pas la traînée !

Tout ceci m'a amené à concevoir des ailerons très spéciaux placés sous l'avant et capables, tout en offrant un plan antidérive avec une traînée minimale, de récupérer de l'air et d'en créer une émulsion qui tapisse le dessous de carène afin d'en augmenter dynamiquement son pouvoir glissant.

La question était aussi de savoir comment fixer ces nouveaux appendices.
Je n'ai pas retenu la solution du collage car je souhaite que ce que j'appellerai désormais le système "Gliderair" (de 'glider'=planneur et 'air'=air :-) ) puisse se monter et se démonter aussi bien sur les flotteurs de SUP rigides que gonflables, sans nécessiter de transformation.

Enfin, il me fallait un système léger, pratique et sûr pour récupérer l'air en surface et l'amener sous la carène.

Les ailerons du Gliderair seront disposés sur une sangle qui fera le tour du nez de l'engin, et qui viendra se fixer dans la poignée de portage (des rigides comme des gonflables).

Un intérêt collatéral et supplémentaire de ce moyen de fixation sera d'offrir ainsi une possibilité d'accrochage de sacs et autres affaires sur les ponts des engins qui n'ont rien prévu d'origine pour ce faire, comme par exemple les SUP de 'race' et les 'allround'.

Pour vous remercier d'avoir lu et suivi la logique de ce billet jusqu'ici, une vidéo des bulles sous une carène plate pendant la rame. Attention : hypnotique et addictif ! ;-)

À suivre...

jeudi 28 mai 2015

La Velanavis, travail du troisième prototype...

Toutes les nouvelles sur le pointeur www.velanavis.com

Le gréement complet, avec tout le matériel nécessaire "et au delà !".

Notre métier n'est pas facile tous les jours : il faut faire attention aux galets !

La vidéo des derniers rebondissements :

mardi 26 mai 2015

Velanavis, la voile pour naviguer...

Toutes les nouvelles sur le pointeur www.velanavis.com


2,5m² de surface de voilure, il me faut bien le constater et malgré l'optimisation aéronautique de la voile, c'est quand même trop petit pour profiter du moindre souffle de vent léger comme nous avons souvent ici soit entre 2 moments de pétole totale, soit entre deux tempêtes !

Les vidéos des derniers essais de cette version de la Velanavis, qui s'ouvre désormais sur la piste des formes de voilure déjà précédemment envisagées pour la Velalae.
(restez attentifs s'il vous plaît :
la Velanavis est un gréement complet léger embarqué, et
la Velalae sera un gréement complet léger embarqué avec un cerf-volant dont le fil servira à porter la voile, faut-il encore vous le répéter ? ;-) )


mercredi 20 mai 2015

La Velanavis : la première fois du premier prototype

Toutes les nouvelles sur le pointeur www.velanavis.com


La photo et la vidéo montrent le 1er prototype de Velanavis en situation (les performances sont en cours d'amélioration).

On y comprend bien l'esprit de ce gréement rapide et léger pour embarquer et naviguer à bord d'un simple flotteur de SUP :
le gréage comme le dégréage se font directement sur l'eau.

On peut naviguer à toutes les allures d'un voilier classique, c'est à dire qu'on peut aussi remonter le vent.
Le mât peut se fixer sur tous les SUPs (gonflables et rigides) sans aucune transformation.

On commence la session à la pagaie, puis si le vent se lève on peut continuer à la voile, ou vice versa...
Et même alternativement ou le contraire !



Text-to-speech function is limited to 100 characters

dimanche 10 mai 2015

La Velanavis

Les dernières actualités de ce projet sur le pointeur www.velanavis.com


Le travail sur la Velalae fait son chemin et... donne naissance à quelque sérendipité relative de bon aloi.

Vous voyez sur cette image le gréement complet du premier prototype de la Velanavis, avec son mât de 5 mètres télescopique replié, sa voile à l'allongement aéronautique et tout ce qu'il lui faut pour naviguer à toutes les allures d'un voilier performant.

À suivre...


L'Aquabeo

Pour rester informé des dernières actualités de ce projet consultez l'alias www.aquabeo.com 

Vous connaissez peut-être cet appareil de fitness appelé souvent "Air-Walker", qui consiste en une sorte de portique personnel posé au sol et qui présente deux balanciers pour activer à la fois les bras et les jambes, un peu comme si on marchait en sustentation dans les airs...

L'idée de l'Aquabeo c'est de reprendre ce principe de mouvement fluide et agréable, mais de le transposer sur l'eau et d'utiliser les mouvements simultanés des bras et des jambes pour propulser l'engin.

Imaginez donc deux petits flotteurs style mini-catamaran, sur lesquels serait fixé un petit portique à hauteur de taille avec deux tiges en balanciers sur un axe : la partie haute de la tige qu'on prend en main, la partie passe pour poser le pied. Sur la partie basse un système de pagaie automatique (qui se rétracte et se déploie pour pousser dans le sens de la marche).

Cet engin en flotteurs gonflables et composite époxyde-carbone ne devrait pas peser plus de quelques kilos, et se pliera sans outils en quelques secondes pour être transporté facilement.

À suivre...

mardi 1 juillet 2014

Ogive SUP : la quatrième version


Une liste des derniers éléments constituants du prochain prototype de l'Ogival-SUP, avec quelques explications.
Un concept radicalement différent de ce qui se fait habituellement pour les planches de Stand Up Paddle.
  • Étrave plate ogivale
    pour passer dans le clapot sans effet de bord.
    La planche ne tape pas et n'est pas déviée par les vagues.
    Elle passe au travers du clapot et le rocker avant extrêmement tendu combiné au volume de flottaison évoluant suivant la forme ogivale la maintient à la bonne incidence.
    Le vent aura également peu de prise sur la coque, et les courants moins d'effet sur la carène.
  • Bouchains progressifs
    les bouchains en forme sur le devant deviennent progressivement vifs sur l'arrière pour faciliter la pénétration de la carène et offrir une stabilité maximale.
    À la différence des bouchains évolutifs qui changent d'emplacement par rapport à la carène, les bouchains progressifs changent de forme.
    Les lignes d'eau entrantes le long des bouchains en forme passent soit sur le pont pour s'écouler ensuite, soit sous la carène et la soulèvent en fonction de la vitesse.
    Ensuite en sortant des bouchains vifs, elles créent des vortex qui canalisent la traînée pour en réduire le parasitage.
    Le dessous des œuvres vives, arrondi sur l'avant et plat sur l'arrière, permet un comportement amortisseur avec une géométrie variable selon la vitesse.
    La carène offre une tendance au planing et réduit dynamiquement sa surface mouillée.
  • Rocker arrière incliné
    il récupère l'énergie de la vague du déplacement et glisse sur sa pente.
    L'inclinaison inverse du pont arrière récupère toutes les pressions des eaux arrivant sur le dessus.
    L'effet combiné de ces deux éléments facilite le gain de puissance naturellement suivant le principe du système DOL-fin.
    La jointure des deux inclinaisons se fait sur la fin des bouchains vifs pour faciliter la formation des vortex quel que soit le poids du rider.
    NOTE POUR LES SURFERS : les virages en surf ne sont pas obtenus uniquement avec la forme arrondie de l'outline, mais avec la combinaison de l'outline, du rocker arrière, et de la force centrifuge créée par l'engagement physique. C'est un peu le même principe que les virages à moto : on ne prend pas un virage en tournant le guidon, mais en penchant pour combiner la force centrifuge avec la surface de contact sur les courbes des roues. La forme très large à l'arrière de l'Ogive SUP pourrait faire croire qu'il est impossible de surfer les vagues avec cette planche, mais c'est faux : le rocker arrière très prononcé compense la rigidité apparente de l'outline et devrait permettre une maniabilité surprenante (à vous de tester, moi je regarderai et j’applaudirai ! ;-) ).
  • Doubles ailerons alignés
    ils permettent d'augmenter la surface anti-dérive et donc diminuent l'effet de row tout en réduisant aussi la longueur du bord d'attaque par rapport à un aileron unique.
    En plus de cet effet, on bénéficie aussi de l'aspiration comme pour deux voitures qui se suivent - le deuxième aileron entre dans le sillage du premier avant qu'il ne se referme et c'est le double effet bonheur :
    le bord d'attaque du second ne crée pas de frein supplémentaire, et il y a un seul sillage fermant pour les deux ailerons, ce qui veut dire une réduction de traînée d'environ 50% pour une même surface.

vendredi 13 juin 2014

DOL-fin, le cinquième prototype


Le sillage provoqué par le dernier prototype de DOL-fin

"Ça avance, ça avance..." répondra-t-on aux impatients qui réclament des nouvelles de notre système DOL-fin (pour Dynamic On Lift - fin, acronyme difficile à traduire signifiant approximativement "aileron de propulsion dynamique sur mouvements ascendants et descendants naturels induits par le rameur pendant qu'il pagaie". Bref, DOL-fin !).

La preuve par la vidéo du dernier prototype pas encore optimisé mais déjà impressionnant (et je ne parle pas du pilote d'essai !) :




lundi 12 mai 2014

La Velalae, l'évolution

Pour voir toutes les publications de la Velalae, cliquez sur le pointeur : www.velalae.com


Dans la lignée pratique comme poétique d'un gréement que l'on lance et qui s'élance, et après mes différents et nombreux essais de prototypes divers, une idée vient, qui fait son chemin contre vents et marées.

Et si un cerf-volant tendait en été un étai pour y porter une voile d'avant au vent ?

Tout ce qui suit devient ensuite évident : une écoute pour régler la voile, qui sera ramenée par une poulie pour les essais en SUP à l'olive de la "pagaie-gouvernail-dérive", un allongement important de la voile pour développer une force vélique (une "portance horizontale") suffisante pour remonter au vent...

Bref, je vous laisse : j'ai un modèle de cerf-volant monofil puissant en traction ascendante et léger en traînée à réaliser !

jeudi 13 février 2014

Le nœud de bosse de Guy (tendeur de cordage)

Lorsqu'on veut tendre un bout' sur un bateau (ou une corde, une ficelle, un cordon à terre) il existe bien des systèmes très pratiques, comme par exemple simplement les taquets coinceurs.

Mais si on ne dispose pas du taquet qui va bien à l'endroit qui va bien, et qu'on ne peut pas l'installer immédiatement (par exemple - au hasard - en navigation) comment faire pour tendre cette fameuse attache ?

La réponse c'est le nœud de bosse : il permet très simplement d'attacher un bout' en le ramenant sur lui-même et de régler sa tension au gré du besoin.

Je l'avais découvert sur un cerf-volant de type "Rokkaku" créé et construit par Francis Parizet. Chez nos amis cervolistes il porte le doux nom de "nœud de fouet".

Je l'ai récemment utilisé pour régler la longueur de nouveaux lazzyjacks sur un voilier qui ne disposait pas de taquets à cet effet.
C'est alors que j'ai été gêné par son aspect qui laissait le courant (le bout du bout') par trop proéminent.

J'ai trouvé une variante élégante mais cependant très peu connue et utilisée, que je vous livre ici avec un grand plaisir qui avait été teinté un temps(*) d'une fierté mal dissimulée (merci à Richard Borenstein de m'avoir pointé sur une version existante de ce nœud de bosse 'élégant' qui m'avait échappé, car avant son intervention je croyais avoir carrément inventé un nouveau nœud ! ) :


(*) oui, c'est fait exprès O:-)

vendredi 10 janvier 2014

La Velalae : la voile de son aile volera

Toutes les publications de la Velalae groupées sur le pointeur : www.velalae.com


  • Vous avez été intrigués par la dissymétrie pendulaire ?
  • Vous avez été amusés par l'animation présentant l'idée du paravelic ?
  • Vous avez été tentés par cette voile auto-sustentée dont vous avez vu les essais sur des SUPs ?

Le nauticaerium travaille sur la convergence de certains de ses projets pour créer une Velalae capable de s'envoler comme un cerf-volant monofil et d'agir comme une aile de traction auto-pilotée.

Ceci veut dire que vous pourrez lâcher facilement une Velalae depuis tout engin flottant ou roulant, et l'utiliser pour aller dans toutes les directions permises aux voiliers, y compris pour remonter le vent.

Les derniers essais lucanologiques et la poésie de cette activité :

Et en bonus "comment faire une chainette japonaise" :

mercredi 9 octobre 2013