Affichage des articles dont le libellé est Voile Volante. Afficher tous les articles
Affichage des articles dont le libellé est Voile Volante. Afficher tous les articles

mercredi 9 octobre 2013

mercredi 2 octobre 2013

Velalae : entre caractère latin et rêve polynésien

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com


Hybride conceptuel entre une voile latine et une voile polynésienne, hybride technique entre un cerf-volant et une voile hawaïenne, le rêve de pouvoir faire de la voile facilement avec un gréement léger embarqué et rapidement déployé en pleine mer devient petit à petit, peu à peu, pas à pas... Une réalité !


vendredi 20 septembre 2013

Le quinzième prototype de Velalae : vers une nouvelle génération

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com


La Velalae en forme d'aile de traction était certes performante - très puissante pour une si petite surface - mais pour une remontée au vent efficace il lui aurait fallu une fixation avec un bridage encombrant, et dans l'optique simplicité-rapidité qui me motive je préfère chercher une autre solution.

Comme ce petit film d'environ une minute vous le laisse deviner, des perches télescopiques en composite forment deux espars qui maintiennent une voile hybride suspendue par le vent, inspirée des cerfs-volants et des voiles polynésiennes, conçue dans un esprit moderne pour une pratique facile et performante : 
  • attaque des espars fixée sur le devant du SUP, 
  • pagaie frappée aux espars servant de plan anti-dérive/gouvernail/mature avec retenue de la traction, 
  • le tout symétrique, qui s'inverse d'un geste pour les virements de bords et autres empannages.

La Velalae, essais de prototypes modifiés.

Abonnez-vous par mél ou visitez régulièrement le pointeur www.velalae.com

Des spécialistes du marketing de masse m'ont fait remarquer que le nauticaerium n'est pas assez communicant (comprenez : trop long, trop compliqué, trop de choses).
Je m'en excuse auprès des acheteurs éventuels, mais ici je n'ai absolument rien à vendre !
Le nauticaerium est un blog qui expose et explique publiquement mes idées et mes travaux de R&D sur mes inventions.

Ceci étant précisé, au boulot :

Au vu des comportements du 12ème prototype de velalae, retour et légères modifications sur les prototypes #08 en premier puis sur le #07, qui deviennent donc respectivement les 13ème et 14ème prototypes avec leurs références ainsi libellées : #08-13 et #07-14.

C'est pourtant simple, non ?

Moins de 40 secondes de films pour l'Histoire (ce n'est pas tous les jours qu'on invente à la fois un nouveau sport, une nouvelle façon de naviguer, un nouveau type de voile, et conséquemment un nouveau style de vie !) et après on passe vite au prototype suivant - le #15 donc si vous avez suivi, pour les autres ce n'est pas grave, séance de rattrapage dans le prochain billet - qui ouvre une nouvelle voie là où la remontée au vent n'était pas assez performante en raison de l'angle d'attaque, et appelait donc une nouvelle génération d'idées et de prototypage pour la Velalae, qui rappelons-le se veut être une voile compacte, facile et rapide, embarquée sur un SUP ou autre engin nautique à rame, à voile ou à moteur, discrète mais toujours prête à être déployée pour permettre de naviguer à toutes les allures comme les meilleurs voiliers modernes.

(nb: comme j'écoute quand même ce qu'on me dit, j'ai raccourci mes vidéos pour me permettre ce genre de phrase)

dimanche 28 juillet 2013

dimanche 24 février 2008

ID "FX" (ou comment les effets spéciaux permettent de faire vivre les idées fixes ;-)

Dans le billet précédent je parlais d'une idée simple, à savoir utiliser une aile delta ou une aile type WakeFlex ou Wipika comme gréement en Pince de Crabe (CrabClaw Sail) dans le petit temps pour les performances extraordinaires de ce gréement exotique, et de larguer l'aile pour l'utiliser en Cerf-Volant de traction dès que le vent augmente pour... Des performances tranquilles.
Normal pour un gréement qui nous vient du Pacifique ;-)

Une petite animation valant une longue explication, voici de quoi satisfaire les plus impatients et les non moins curieux :

jeudi 21 février 2008

Vous avez dit "Pince de Crabe" ? (You said 'CrabClaw' ?)

Comme Peter Lynn le fait si judicieusement remarquer dans sa dernière chronique de Janvier 2008, quand il n'y a pas de vent, un cerf-volant ne vole pas.

Bon, une fois qu'on a dit ceci, et qu'on a bien souri (ne niez pas je vous ai vu ;-), on réalise ce qui me préoccupe depuis quelques temps : même si le principe du cerf-volant présente bien des avantages sur les voiles traditionnelles pour tracter un bateau, il arrive par petit temps des déventes de quelques dizaines de secondes qui suffisent à faire tomber à l'eau le plus beau des moteurs véliques.

Bien sûr on peut toujours utiliser des systèmes pour relancer l'aile, mais c'est quand même moins simple que d'attendre simplement la revente sans rien faire comme sur un voilier traditionnel...

... Et là hélas il n'y a pas de vraie solution côté cerf-volant si on n'accepte pas de reconsidérer complètement la question.

Bien sûr, comme le dit le sus-cité génial Peter il y aurait la possibilité d'un système aérostatique pour maintenir le cerf-volant dans les airs. Mais c'est sans compter les nombreuses complications et le surcoût, sans parler de la sécurité, bref pas de vraie solution simple pratique et bon marché, donc utilisable et susceptible de convenir au plus grand nombre.

Sauf que...

Sauf que la vie est un immense roue, et que nos cousins Québécois nous proposent le "ParaskiFlex", une aile qui pourrait faire penser au style des anciens prototypes des frères Legaignoux mais qui est en fait une véritable innovation pour ce nouveau sport de ski tracté, et qui pourrait bien permettre une solution moyennant une nouvelle petite invention :

L'idée est d'utiliser une aile (de ParaskiFlex ou une autre aile avec armature d'attaque type delta monopeau) accrochée à un mât court pour être utilisé comme une voile en "Pince de Crabe" (CrabClaw sail) dans le petit temps, et relâchée dans les airs lorsque le vent forcit pour être utilisée comme aile de traction.

L'autre idée - qui va de pair - se regarde ici en vidéo maison à partir de 6'20'', il s'agit ni plus ni moins que d'un système directionnel ultra simple, qui permettra facilement le calage en dehors du fil du vent, et donc la navigation au près (windwarding) sans intervention d'un pilote et sans demander au navigateur d'être un homme orchestre agile de ses dix doigts de pieds ! ;-)

Bientôt les esquisses du système complet. Restez branchés.

vendredi 14 décembre 2007

Paravelix versus plenissimis velis navigare ? (ad velis)

Quid de la beauté d'une voile latine ? (c'est magnifique et de toutes façons il fallait bien justifier le titre de ce billet ;-)

Certes, trop de poids dans les hauts, trop de difficulté de manœuvre (essayez donc de "gambeyer" tout seul!), mais quand même un bon rendement, et une bonne remontée au prés.
Rappelons que c'est par ce type de voile que les boutres furent les premiers voiliers à pouvoir remonter au vent, et que ce sont les voiles latines qui ont découvert l'Amérique (oui, d'accord, c'est Christophe Colomb... Mais il naviguait sur des Caravelles gréées en voile latine).

D'un autre côté, si tous les derniers voiliers sont équipés de voiles bermudiennes ce n'est pas pour rien non plus : plus simple à manoeuvrer, plus efficace encore pour remonter au vent...

Bon, il est vrai aussi que les dernières "découvertes" de la voile de compétition pointue et aiguisée nous ont rappelé que les cornes des voiles auriques apportaient de la puissance aux anciens navires à voile en augmentant la surface vélique dans le plan longitudinal du bateau.

Et d'un autre côté le bon sens de l'observateur nous montre aussi que plus les mâts sont hauts, plus ils sont fragiles sans compter la complexité des manœuvres en augmentation exponentielle avec les hauteurs encourues.

On sait donc maintenant beaucoup de choses sur l'aspect pratique et l'efficacité, ainsi que sur le ratio de ces deux contraintes pour nos petits navires qui vont sur l'eau.

Mais dans ce monde rien n'est parfait à part les travaux du nauticaerium, c'est bien connu ;-)

Alors nous travaillons [aussi] maintenant sur un gréement "bermudo-latin" ou "latino-bermudien" comme vous préférez, bref un gréement facile, sûr et rapide à monter pour les voiliers des plaisanciers soucieux de la plaisance telle que la concevait Jean Merrien : passer du temps de plaisir sur la mer et s'embêter le moins possible avec des problèmes d'intendance.

Description du système "ad velis" : un mât facilement démontable sans grue à peu près de la longueur du bateau, haubané mais aussi tournant, autour duquel vient s'enrouler une Grand'Voile unique sans lattes ni bôme (pour prendre les ris ou la ranger on l'enroule sur le mât comme avec un enrouleur d'étai), triangulaire comme une voile bermudienne mais longue comme une voile latine.

Parce que c'est beau, une voile latine...

vendredi 26 octobre 2007

Le paravelic : une voile volante ?

Au début du XIXème siècle déjà Georges Pocock utilisait un cerf-volant avec succès pour tracter un fiacre. Un siècle plus tard, au début du XXème siècle donc, Samuel F. Cody traversait la Manche dans un petit bateau tracté par son modèle de cerf-volant cellulaire. Depuis de nombreux exploits comme la traversée de l'Atlantique en 1986 par Arnaud de Rosnay en véliplanche qui dormait grâce à une traction nocturne par cerf-volant et du Pacifique en 1987 par Ed Cillet en kayak tracté lui aussi par un cerf-volant. Plus près de nous : Nicole Van de Kerchove, Manu Bertin, Anne Quéméré...

De nos jours, les applications utiles des cerfs-volants vont de la photographie aérienne à l'observation météo en passant par la reine des pratiques de "fun", le "kitesurf".

Il y a même des essais maintenant pour tracter les cargos (www.skysails.com) et les autres bateaux y compris la plaisance (www.kiteship.com).

Merveilleux et très intéressant !

Seulement voilà : au portant presque uniquement, c'est-à-dire dans le sens du vent.

C'est principalement pour cette raison que le cerf-volant n'a pas encore remplacé toutes les autres voiles sur les bateaux, parce qu'en voilier on est capable de naviguer "au prés", c'est-à-dire de remonter contre le vent, assez simplement.

Même si maintenant en kitesurf on sait aussi remonter au vent, la technique employée demande le pilotage précis du cerf-volant (ici appelé "aile" comme en parapente). Et cette technique, si elle est adaptable à la navigation en bateau, reste assez complexe et donc réservée à un équipage d'au moins deux personnes aguerries : un pilote et un barreur. Rien à voir encore avec la simplicité de navigation d'un petit gréement bermudien comme on en trouve sur les dériveurs par exemple.

Des systèmes de pilotage automatisé par ordinateur existent mais leur complexité réserve cette solution aux gros navires. Aux très gros navires.

D'où l'idée pour le nauticaerium de travailler sur une solution de cerf-volant tracteur de navire qui ne nécessite aucun pilotage, histoire de pouvoir profiter du bateau de plaisance exactement comme avec un gréement actuel, voire encore plus simplement.

C'est ainsi qu'est né le "Paravélic", ou encore la "voile volante" : un système de cerf-volant tracteur étudié pour :

-> tracter dans le fil du vent (navigation au portant ou vent arrière)

-> se caler à droite ou à gauche du courant d'air et y rester tout seul pour permettre au barreur de choisir son cap au prés ou au largue.

Encore plus simple que sur un voilier qui demande de constamment régler ses voiles pour optimiser sa navigation. Les mêmes allures que les voiliers standards sont permises : toutes les allures de largue et de portant bien sûr, et toutes les allures de prés (donc dans le sens du vent et contre le vent).

Le Paravélic - ou voile volante - sera présenté dans quelques mois, lorsque le prototype permettra les essais publics.